Help

Gagner des points

▬ Présenter son personnage[+100 PV]
▬ Élaborer un lien avec un autre joueur [+10 PV]
▬ Boucler un RP [+15 PV]
▬ Participer à un événement, une intrigue ou un évent [+25 PV]
▬ Prendre un personnage prédéfini [+7 PV]
▬ Signaler / mettre fin à une absence [+2 PV]
▬ Réaliser une commande de kit [+25 PV]
▬ Répondre à une question ou guider un membre/invité [+5 PV]
▬ Proposer une idée intelligente pour le forum[+10 PV]
▬ Devenir parrain/marraine d'un membre [+25]

Perdre des points des points

▬ A cause de la fatigue vous perdez des PV chaque jour [-1 PV]
▬ Avoir enfreint du règlement [-5 PV]
▬ Irrespect des règles dans les RP (faire bouger le personnage de l'autre...) [-5 PV]
▬ Ne pas respecter un formulaire imposé [-8 PV]
▬ Faire de la publicité pour son forum dans les sujets interdits [-5 PV]
▬ Flooder dans des RP ou dans des présentations [-5 PV]



 

Partagez | 
 

 If we had coffee ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 175
P.V : -746
Date d'inscription : 12/12/2014
Age : 20
Localisation : Dans sa chambre...

Carte d'identité
Nom Prénom : Daisy Joys
Groupe : Dirigeante
Pouvoir: Ressoit les émotions de celui qu'elle prend par la main
MessageSujet: If we had coffee ?   Mer 3 Juin - 14:50



If we had coffee?
Avec Brendan Kernunnos

La matinée s'annonçait particulièrement froide ce jour-ci, quelques rayons de soleil parvenaient tout de même à se frayer un passage à travers l'amas de nuages gris, pour permettre aux Hominiens de se réveiller en douceur. Mais Eden était déjà debout, bien avant le lever du soleil. Une mission particulièrement périlleuse dans une petite maisonnette à l'autre bout du village lui avait totalement pompé ses dernières forces. Encore ces satanés coyotes... Quand la jeune fille fût enfin rentrée chez elle, George, son petit frère autiste âgé de tout juste deux mois criait, pleurait. Eden savait, qu'il n'existait dans son monde imaginaire, que lui et des créatures mystiques qu'il s'inventait. Mais elle savait aussi, qu'elles venaient (selon lui) hanter ses nuits. Un vrai calvaire se répétait alors, tous les soirs.

Il était 4h du matin, de lourds cernes lui tombaient sous les yeux, donnant à son visage une allure de mort-vivant. Elle devait se rendre au Cercle où elle avait rendez-vous pour faire un point sur les activités dans la Zone, Eden était légèrement stressée, le Cercle... une organisation bien merdique comme dirait sa mère. George s'était calmé une heure plus tard, ce qui laissa le temps à la jeune fille pour se préparer un minimum, si elle se pointait avec une tête de zombie et des vêtements de mendiant, elle allait se faire jeter. Hors, c'était la dernière des choses dont elle avait besoin, puisque le frigo et le placard à gâteau de la maison étaient vides. Une fois prête, Eden songea à sérieusement engager quelqu'un pour venir s'occuper de son petit frère et de la maison. Colocataire? Femme de ménage? Nourrisse?  La jeune fille comprit très vite que ces mots avaient été bannis du vocabulaire de tout le monde.

8h du matin tapante. Elle sortit de la maison avec son attirail habituel: une chemise blanche nouée, un pantalon noir et une paire de Converse,. Sans oublier le revolver attaché à sa ceinture et sa sacoche avec son opinel et son paquet de clopes. Des mèches couleurs ébènes tombaient en cascade autour de son visage, lui donnant un air assez mystérieux. La route n'était pas longue, elle arriva devant la Maire deux minutes plus tard et poussa enfin la porte d'entrée qui débouchait dans le hall. Le Rez-De-Chaussée n'était pas bondé comme à son habitude, les membres du Cercle devaient dormir, du moins pour la plupart car il fallait tout de même que quelqu'un la reçoive.

Eden avança jusqu'au milieu de la pièce et scruta la salle. Elle ne savait pas où elle avait rendez-vous alors elle s'adossa au mur, l'air de rien.


« J'espère qu'il ou elle ne sera pas en retard, je n'ai pas que ça à faire-moi! »

Pour une Mairie, c'était plutôt grand, Eden n'avait pas tellement eu le temps d'y pénétrer lorsqu'elle vivait sa vie tranquille avant la Zone. La jeune fille scotcha à ses lèvres, un magnifique sourire. A l'évidence, ce magnifique sourire faisait partit de la  catégorie des faux-sourires, ce que Eden utilisaient couramment, le plus souvent même. Quoique il en soit elle avait cinq minutes d'avance et avec son peu de patiente, les cinq minutes d'avance vont devenir un moment de torture, qu'elle ne sera occuper.  



Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-zone-hominiens.forumactif.org
avatar
Messages : 29
P.V : -758
Date d'inscription : 25/05/2015
Age : 24

Carte d'identité
Nom Prénom : Brendan / Kernunnos
Groupe : Cercle
Pouvoir: Synchronisme biologico-temporelle
MessageSujet: Re: If we had coffee ?   Mer 3 Juin - 21:49



If we had coffee?
Avec Eden Joys

Toute la nuit, avant qu'il ne se lève, nulle image, nulle sensation. Toute la nuit, pendant qu'il était endormi, rien que le néant. Une fois les paupières closes, sa vie s'interrompait pour ne reprendre qu'à l'aube. Aucun rêve ne l'émerveillait, aucun cauchemar ne le tenait en haleine. Dès le crépuscule, il sacrifiait à cette médication salvatrice ce qui rendait le repos si agréable, si intriguant, si enrichissant. Et aussi matinal que les premières lueurs du jour, aussi régulier qu'un réveil inexistant, Brendan ouvrait à nouveau les yeux, tel réssucité, libéré d'un calvaire d’inexistence à un quotidien maudit. Car chacune de ses secondes, chacune de ses minutes, chacune de ses heures : toutes il les plaçait sur la table, forcé de parier qu'au bout de sa journée il les récupérerait. Réussir signifiait récupérer ses gains, sans aucune contrepartie que la satisfaction de ne pas voir sa vie raccourcie par son manque de vigilance. La défaite - quant à elle - n'était tout simplement pas envisageable. Puisque son rythme biologique influençait son rapport au temps, le jeune garçon devait consacrer tout son temps libre à rester calme, afin de rattraper celui perdu lors de ces moments d'intenses concentrations, sans avoir aucun moyen de vérifier si ce n'est en observant son propre corps vieillir. Gérer une telle situation n'était pas un défi si crucial en soi, mais le réel problème survenait lorsqu'une fois le pari lancé, on se rendait compte que l'on ne pourrait pas voir quelles cartes constituaient sa main. En effet, la montre que portait constamment Brendan n'était pas perturbé par son pouvoir encore incontrôlable. Il devait donc constamment espérer qu'il ne se trompait pas dans ses calculs et qu'il ne s'était pas laissé emporter par les flots impétueux du temps, ce roublard sans éthique ni morale, se jugeant supérieur à tout autre. Ironiquement, il fallait quelqu'un d'aussi égocentrique que M. Kernunnos lui-même pour être capable de le tromper, fourberie dont il payait le prix en vieillissant aussi rapidement qu'il voyait sa propre trame temporelle s’accélérer.

Voilà donc que le somnifère avait cessé de faire effet, rendant improbable sa capacité à pouvoir rêver, et Brendan devait se lever. S'il n'avait dormi que 4 heures, son activité corporelle étant ralentie en état de sommeil, son horloge biologique correspondait en réalité à une léthargie de 10 heures d'affilée. S'il rageait à comprendre les mécanismes scientifiques devant l'impossibilité physique d'un tel phénomène, le garçon avait été assez malin pour expérimenter cette capacité et en tirer avantage. Tout ce qu'il entreprenait dans ces circonstances lui prenaient moins de temps, tant qu'il n'en abusait pas. De toute manière, il fallait que tout cela reste confidentiel. De plus en plus de sujets alarmants étaient portés à l'attention du Conseil, dont on attendait une gestion absolue. Rester calme en toute circonstance devenait alors une bataille quotidienne. Brendan ne se rendait pas compte que son éducation mondaine lui était d'une grande aide dans la gestion de ses émotions en toute circonstance.

Après s'être douché et pris un petit-déjeuner en observant dans un silence religieux la ville d'Hominis à travers la fenêtre, le petit génie sortit de son antre, traversant la bibliothèque avec une simple salutation polie devant l'enfant qui en gardait l'entrée et qui somnolait avec la fin de sa ronde, attendant mi-espérant mi-désespérant un changement. Chemise blanche et veston noir ouvert au niveau du col, assorti d'un pantalon noir au tissu fin qui semblait sur mesure, le tout surmonté aux épaules d'une blouse blanche colorée de diverses tâches au contenu parfois peu recommandables mais qui comptaient entre autres de l'hémoglobine et divers alcools, transportant ainsi avec lui une odeur si caractéristique qui incitait les gamins à s'écarter - objectif peu recommandable mais qu'un introverti affectionnait lorsqu'il ne souhaitait pas être importuné par une masse grouillante et ignorante -, le responsable scientifique du Cercle descendit par l'escalier principal les étages inférieures les bras chargés de documents dont la pile instable aurait pu intriguer les plus sceptiques sur la conservation du principe de la gravité entre les mains de Brendan.

Il n'avait pas fini d'emprunter les dernières marches qu'il aperçut attendant impatiemment dans le vestibule une jeune fille au caractère bien trempé et au style vestimentaire reconnaissable entre milles : celui qu'il jugeait inoriginal au possible. Il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaître Eden et tous ses préjugés qu'il avait à son encontre. Brendan ne le niait pas : son déni pour autrui n'avait d'égal que son mépris pour la stupidité. Mais croyant sa noblesse assez imposante pour écraser le petit peuple, il avait placé sa morale dans une éthique collaborative et mettait une grande partie de son intolérance de côté pour pouvoir vivre l'apparence d'une situation jugée «normale» par ces mêmes ignorants. Ainsi le petit génie pouvait accorder à Eden les tripes qu'il fallait à cette communauté en temps de crise. Le problème, c'est que comme la quasi-totalité des enfants qui avaient pris la responsabilité d'être à charge, la jeune fille avait de sérieux problèmes. En bref, à ses yeux, elle était comme les autres.

Mais voilà : c'était elle qui ce matin se plaignait devant son bureau attitré. Et c'était son devoir que de répondre à ses attentes autant que son droit d'attendre son engagement en retour. Aussi dédaigna-t-il son sourire faussé pour simplement engager la conversation de sa voix enfantine et de son ton élégant avec elle, tandis qu'il s'approchait davantage, prêt à marcher devant elle pour se diriger directement vers son lieu de travail.


Matinale ?

Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 175
P.V : -746
Date d'inscription : 12/12/2014
Age : 20
Localisation : Dans sa chambre...

Carte d'identité
Nom Prénom : Daisy Joys
Groupe : Dirigeante
Pouvoir: Ressoit les émotions de celui qu'elle prend par la main
MessageSujet: Re: If we had coffee ?   Jeu 11 Juin - 21:40



If we had coffee?
Avec Brendan Kernunnos

Eden se mit à douter, pourquoi était-elle venue au juste? Ah oui... une simple question d'organisation, trop de ci, trop de ça, pas assez de cela. Il fallait trouver des solutions et elle était à bout, surtout avec George qui piquait désormais des crises de plus en plus problématiques. La jeune fille n'était pas du genre à se plaindre, elle exécuter des tâches compliquées et très salissantes sans problèmes, mais comme toute personne ayant un semblant d'humanité elle avait évidemment des limites. Et la situation dans laquelle elle s'était fourrée n'arrangeait rien. Elle observa avec attention ses ongles verni d'un rouge carmin, mais que faisait ce mystérieux membre du Cercle avec qui elle avait rendez-vous? Oh que ce mot sonnait bizarre en ces temps de crise  dans son esprit.

«
Bon, je ne sais pas vraiment que ça à faire moi. Eden soupira. J'aimerai au moins profiter d'un après-midi tranquille même si le temps n'est pas réellement favorable. » De plus en plus agacée par l'impatiente qui l'a rongeait (bien que la jeune fille ne soit pas pressée du tout, bien au contraire), Eden se mit à fixer les gouttes de pluies ruisseler au dehors. Tout était banale dans la Zone, enfin non. Sa vie était devenue banale. Toutes les journées se répétaient, toutes les choses qu'elles faisaient aussi, on ne pouvait pas qualifier le nouveau monde qui les entourait de banale, ça non. Mais la vie de Eden était devenue presque ennuyeuse, épuisante.

Enfin, un membre du Cercle fit son entrée dans le vestibule, une pile de documents et papiers entre les mains. Hum... et ce ne serait pas plus intelligent de les placer dans une pochette afin que la pile, à l'évidence d'une instabilité certaine ne termine pas éparpillée sur le sol? Elle se demandait si certaines personne n'avaient pas perdues leur logique depuis l'apparition de la Zone. Celui-ci s'approcha vers elle, un sourire faussé au coin des lèvres. Il portait une chemise blanche et un veston noir ouvert au niveau du col, une blouse blanche tâchée de tout part finalisait le tout. La jeune fille ne s'arrêta pas sur la nature de ses diverses tâches colorées et plutôt malodorantes.

«
Le devoir l'oblige. Commença Eden, remarquant qu'on lui avait posé une question, bien qu'inutile soit-elle. Dites-moi, vous ne serez pas le responsable scientifique? Attendez, je crois bien connaître votre nom. Mr. Kernunnos je me trompe? » La jeune fille débita sa phrase d'une traite, fixant droit des les yeux le jeune homme afin de ne pas s'attarder sur la blouse quelque peu...spéciale. Avec quelques notoriétés de politesse, elle baissa la tête en signe de salutation avant de suivre d'un pas assuré le membre du Cercle qui devait la recevoir qui partait déjà vers son bureau.

Ils empruntèrent l'ascenseur. C'était bien la première fois que Eden rentrait dans la Mairie, pourtant, chose étrange, elle semblait s'y retrouver. Un instinct? Elle n'avait pas la réponse à sa question. La jeune fille, une fois sortit de l'ascenseur, sortit de son inséparable sacoche, un paquer de cigarette. Maintenant tout de suite, il fallait en griller une, c'était nécessaire. Et puis elle pourrait toujours masquer l'haleine de tabac froid après, par un chewing-gum à la menthe qu'elle gardait précieusement.  

«
Vous permettez? »




Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA


PS:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-zone-hominiens.forumactif.org
avatar
Messages : 29
P.V : -758
Date d'inscription : 25/05/2015
Age : 24

Carte d'identité
Nom Prénom : Brendan / Kernunnos
Groupe : Cercle
Pouvoir: Synchronisme biologico-temporelle
MessageSujet: Re: If we had coffee ?   Ven 26 Juin - 11:54



If we had coffee?
Avec Eden Joys
Que s'était-il dit ? Eden était une enfant à troubles ? Au moins une confirmation orale venait de se faire entendre.
« Dites-moi, vous ne serez pas le responsable scientifique? Attendez, je crois bien connaître votre nom. Mr. Kernunnos je me trompe? » lui avait-elle lancé au visage sans autre forme de procès, s'imaginant que des formalités lui attireraient sa sympathie. Elle gardait vraisemblablement une rancœur envers les membres du Cercle et simulait l'ignorance face au jeune garçon. Ce dernier s'arrêta net, se retourna, et observa Eden avec un soupçon de dédain en réponse audit mépris. Avec sévérité sans condamnation, il se permit de mettre le ton.
Arrêtez de jouer à la galante imbécile avec moi, au risque de me voir dans l'obligatoire d'agir de même. En contrepartie, le tutoiement sera de rigueur : mon temps est assez précieux pour que des formalités latentes viennent le perturber. Il continua une fois dans l'ascenseur. Et pour te répondre, puisqu'il m'est donné d'être l'une des rares personnes de la Zone à pouvoir sauver des vies et donner un semblant de raison à tout ce chaos qui cesse de s'accumuler depuis l'Incident, je pense qu'il est de ma responsabilité d'avoir des paroles sensées basées sur la science et la logique, effectivement.
Suite à cela, Brendan continua à avancer vers son bureau, tourna la clé dans sa serrure, révélant un cadre blanc et hospitalier pour accueillir ses patients dans une atmosphère stérile propre à toute infirmerie. La pièce d'à côté renfermait la pharmacie et les médicaments qu'ils procuraient en conséquence, mais également un semblant de laboratoire dont il usait à des fins thérapeutiques -du moins c'est ce que tous croyaient-.
Et en tant que responsable scientifique, je ne peux que te déclarer qu'il est rigoureusement interdit de fumer dans des lieux publics et que la consommation de tabac risque d'altérer ta condition physique jusqu'à avoir des conséquences funestes. Mais après, tu fais comme tu le sens, je suis pas ton père.
Brendan était franc, certes, mais au moins il connaissait parfaitement son rôle. Il n'était pas là pour rassurer, cajôler, sympathiser. Coincé avec tous les autres enfants de péqaure, il cherchait à faire en sorte que les survivants ne tombent pas dans l'anarchie. Et si possible trouver un moyen de sortir de ce piège qui s'étaient désormais reformés sur eux, comme un verre que l'on place au-dessus des fourmis pour les observer.
On ne pouvait dénoter que pour une personne qui cherchait à gagner du temps, ce dernier parlait beaucoup, mais tout ce qu'il disait semblait essentiel. Le garçon s'assit derrière son bureau et invita sa patiente matinale à l'imiter.


Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 175
P.V : -746
Date d'inscription : 12/12/2014
Age : 20
Localisation : Dans sa chambre...

Carte d'identité
Nom Prénom : Daisy Joys
Groupe : Dirigeante
Pouvoir: Ressoit les émotions de celui qu'elle prend par la main
MessageSujet: Re: If we had coffee ?   Mer 29 Juil - 15:04



If we had coffee?
Avec Brendan Kernunnos

C'est avec sévérité que le jeune homme lui répondit. Légèrement surprise Eden le défia du regard un instant et comprit très vite par l'étoile qui brillait dans ses yeux que celui-ci devait être très intelligent car il venait de la percer à jour. Merde... Et comme la jeune fille n'aimait pas se retrouver dans des situations pareilles, elle hocha vaguement la tête et répondit d'un ton neutre:

«
Bien.»

Une réponse efficace qui ne laissait rien paraître car les airs de scientifique haut placé du jeune homme commençait sérieusement à l'agacer: pour qui donc se prenait-il, le roi du monde? le sauveur de vie? Car qui pendant que Monsieur était tranquillement assis sur son fauteuil, une tasse de café à la main à étudier des livres bossait dur? C'était les Dirigeants et les Hominiens. Une rage soudaine traversa Eden, mais la jeune fille s'apaisa vite une fois sortie de l'ascenseur. Elle n'était pas ici pour remettre les pendules à l'heure ni pour régler les comptes mais bien pour discuter d'un gros problème qui touche l'ensemble de la population.

Il fallait agir de manière professionnelle si elle ne voulait pas terminer à la rue avec son petit frère, après tout ce n'était pas si compliquer de parler dans le vif du sujet et de rester sérieuse tout en aillant l'air pro? Elle oublia qu'il venait de lui répondre pour la cigarette, elle hocha de nouveau la tête et soupira en tournant dans sa paume de main son fidèle et éternel briquet.

Le jeune homme s'assit derrière son bureau et invita la jeune fille à faire de même. Elle s'exécuta. Un second soupire s'échappa en douceur de sa bouche, elle baissa les yeux à terre puis vint planter son regard dans celui du scientifique avant de prendre la parole.

«
Si nous sommes ici, c'est bien évidemment qu'il se passe des choses au sein du groupe d'Hominiens et nous Dirigeants en sommes malheureusement impuissant, et c'est avec sincérité que je vais vous dire que les Dirigeants ont finalement décidés d'unir vos forces avec les vôtres pour améliorer les moyens et le quotidien de tous. Avant de vous expliquer la situation, j'aimerai si vous le voulez bien, savoir si oui ou non vous voulez coopérer avec nous dans le but de faciliter la vie de chacun et régler les problèmes qui peuvent se montrer handicapant. »

Ce n'était plus l'heure de la rigolade, il fallait s'attaquer à un vrai problème.






Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-zone-hominiens.forumactif.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: If we had coffee ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

If we had coffee ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. It's Coffee Time !
» Junkie-Coffee Une Petite Nouvelle
» Coffee or Tea ?
» 05. En route pour une soirée alcoolisé ! [PV APRIL]
» « coffee and tv » 15.01.11- 8h25

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Zone ▬  :: Centre Ville :: La Mairie :: E2 ▬ Logements & Médecine-