Help

Gagner des points

▬ Présenter son personnage[+100 PV]
▬ Élaborer un lien avec un autre joueur [+10 PV]
▬ Boucler un RP [+15 PV]
▬ Participer à un événement, une intrigue ou un évent [+25 PV]
▬ Prendre un personnage prédéfini [+7 PV]
▬ Signaler / mettre fin à une absence [+2 PV]
▬ Réaliser une commande de kit [+25 PV]
▬ Répondre à une question ou guider un membre/invité [+5 PV]
▬ Proposer une idée intelligente pour le forum[+10 PV]
▬ Devenir parrain/marraine d'un membre [+25]

Perdre des points des points

▬ A cause de la fatigue vous perdez des PV chaque jour [-1 PV]
▬ Avoir enfreint du règlement [-5 PV]
▬ Irrespect des règles dans les RP (faire bouger le personnage de l'autre...) [-5 PV]
▬ Ne pas respecter un formulaire imposé [-8 PV]
▬ Faire de la publicité pour son forum dans les sujets interdits [-5 PV]
▬ Flooder dans des RP ou dans des présentations [-5 PV]



 

Partagez | 
 

 De l'eau, toujours de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 15
P.V : -644
Date d'inscription : 04/06/2015
Age : 20
Localisation : Partout et nulle part ~

Carte d'identité
Nom Prénom : Nimië
Groupe : Espionne free-lance
Pouvoir: Magnétisme (apaise la douleur/aide la guérison de certains maux)
MessageSujet: De l'eau, toujours de l'eau   Sam 18 Juil - 23:12

*Zut ! Comment me suis-je retrouvée là..?*
Chaud.. Il faisait chaud, beaucoup trop chaud. Ses habits lui collaient désagréablement à la peau et ses mains moites peinaient à tenir le lapin en peluche dont elle ne semblait pas se séparer. Plus désagréable encore que ses vêtements, c'était la sensation de sa peluche glissant inlassablement d'entre ses mains qui l'agaçait. N'y avait-il donc rien de plus ici que cette fichue terre sèche et ce soleil accablant ? Elle ne pouvait ni ne voulait laisser sa peluche traîner ici, elle y tenait trop pour laisser les coyotes qui, elle l'avait entendu de nombreuses fois, rodaient ici dévorer sa peluche.
Autour d'elle, la terre était aride. Il s'agissait bel et bien d'un désert, la seule végétation qu'on pouvait trouver là était grillée, fanée depuis bien longtemps par le soleil, et encore ne s'agissait-il que de quelques rares brins d'herbe. Un arbre ? Un tronc d'arbre, ou même les restes d'un buisson ? Elle n'en avait pas vu depuis longtemps. Partout à ses pieds, elle pouvait voir les craquelures dans la terre, trop sèche depuis trop longtemps. Terre qui était aussi dur sous ses pieds, si ce n'est davantage, que la pierre. La seule chose qui témoignait, à ses yeux, qu'il ne s'agisse point de pierre mais bien de terre était ce désagréable nuage de poussière qui se soulevait à chacun de ses pas. Et rien, pas même une petite brise chaude, ne venait la soulager de l'accablante chaleur.

Mais comment s'était-elle retrouvée là ? Vous aussi, vous désirez savoir cela ? Si tel est votre souhait, il nous faut donc remonter plusieurs heures en arrière. Voyez-vous, une journée ordinaire commence toujours par un levé de soleil, aussi éblouissant ou fade soit-il. Comment ? Celui-ci ? Oh, je n'en sais fichtrement rien. Pourquoi prendrais-je garde à quelque chose d'aussi insignifiant, alors que je suis tellement bien, enfoncée sous ma couette à somnoler..? Non, hein ? Ce détail n'a aucune importance pour l'histoire que je vais vous conter aujourd'hui. Et il ne s'agit pas de la mienne, mais de celle de Nimië, jeune fille d'environ huit ans aux cheveux blond et aux yeux rouges. Une jeune fille tout ce qu'il y a de plus ordinaire, en soi. Une jeune fille qui se lève tôt, comme il y en a tant d'autres. Oh, non pas qu'elle se soit levée avant ou avec le soleil, mais elle ne s'est pas non plus levée comme un adolescent ordinaire le ferait. A une heure correcte, en somme. Puisque ses "parents" avaient disparu il y a quelques temps déjà, elle s'est habillée et a utilisé ses maigres talents culinaires pour préparer quelque chose qui puisse lui remplir le ventre. Inutile de vous dire qu'elle a mangé, puis qu'elle a nettoyé ses plats, n'est-ce pas ? Il s'agit là de bon sens, et tout être humain normalement constitué en possède un temps soit peu.
Ce n'est pas ce qui vous intéresse ? La façon ordinaire dont a débuté une journée qui allait tout sauf l'être ? Ca tombe bien, je ne comptais pas passer plus de temps à narrer ces faits quelques peu ennuyeux. Nimië est donc sortie de ce qui lui servait de demeure. Libre de toute obligation immédiate, elle s'est plutôt dirigée là où les plus jeunes se rassemblaient, et où les plus âgés les surveillaient parfois. Il faut bien se détendre par moment, non ? Surtout lorsqu'on est jeune. Et qui dit plus âgés dit adolescent potentiellement moins méfiant et quelques informations à glaner. Nimië avait donc rejoint ses "camarades" du même âge pour jouer à la balle avec eux.

Mais ça, c'était sans compter le moment où la balle en question s'est mise à rouler loin du terrain de jeu. Etant la plus proche elle s'était mise à courir, courir derrière le ballon. Et avant de s'en rendre compte, à courir derrière cette balle qui ne l'intéressait finalement que peu, elle s'était retrouvée là, au milieu de ce désert qui lui semblait sans fin. La gorge sèche, elle prit une fois de plus la peine de regarder les alentours. Et là, elle vit ce qui pourrait peut-être être son salut. Un homme de presque une dizaine d'années de plus qu'elle.

- Oni-chan.. De l'eau.. Tu n'aurais pas un peu d'eau ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr/
avatar
Messages : 3
P.V : -644
Date d'inscription : 23/05/2015
Age : 15

Carte d'identité
Nom Prénom : Daniel / Auwel
Groupe : Hominiens
Pouvoir: Aucun.
MessageSujet: Re: De l'eau, toujours de l'eau   Mer 29 Juil - 19:46

Les navets, moi j'aime pas les navets… cette espèce de courge pointue violette et blanche ne m'a jamais inspirée et ce n'est pas faute d'avoir déjà goûté ça c'est moi qui vous le dit ! Il est environ 15h du moins je crois et il fait très chaud, je suis obligé de récolter les navets torse nu et ce n'est pas les mouches qui vont se plaindre, qu'est-ce qu'elle sont collantes celles-là, et depuis quand il y a autant de mouches à cette saison-là ? La Zone a décidément tout déréglé, que ce soit ses habitants ou les animaux et leur mode de vie. Il n'y a rien de plus bizarre que ce dôme semi-translucide qui nous sert de prison. Une vraie torture… Ma sœur travaille non loin, je la vois suer d'ici, elle aussi a chaud, sauf qu'elle ne peut pas enlever son tee-shirt malheureusement pour elle. Ha ha ! Sinon tout le monde piquerait une crise cardiaque en voyant ce qui se cache en-dessous.

Vous pensez peut-être que je suis méchant avec ma sœur, mais non pas du tout, je l'aime ma sœur nous sommes très fusionnels, il le faut en vu des épreuves que nous avons traversé et les futures que nous allons devoir franchir. J'aime juste la taquiner, chose que je qualifierais de tout à fait normal pour des frères et sœurs de 3 ans d'écart. Quoiqu'il en soit j'ai faim, mon estomac gargouille tel le tonnerre de Zeus, je sens de terribles vibrations, une vraie torture ! J'en aurai bien profité pour croquer un bout de navet mais je déteste ça...Je préférais quand il fallait récolter les carottes de la terre, je mangeais même la terre ! Car oui il faut souffrir pour manger (et non pas pour être belle car je ne pense pas que la Zone laisse le temps à cela) !

« Soeuuuurette ?
- Oui ? Elle me répond d'un ton fatigué et lasse, je lui souris et poursuis
- Je crève la dalle… »

Elle soupire et me fusille du regard. Je sais très bien que je l'agace quand je lui dis que j'ai faim (sachant que je le dis au moins 10 000 fois par jour), mais c'est tellement drôle de la voir me rabâcher qu'il n'y a pas que mon estomac qui compte et que si je veux manger il faut que je bosse. C'est d'ailleurs bien la seule raison pour laquelle je suis ici à cultiver les champs !

« Tu m'énèrve avec ton estomac à la noix, tu sais qu'il n'y a pas que lui sur Terre ? Si tu veux satisfaire ton appétit il faut que tu bosses ! Il fait chaud, ça me fatigue tais-toi et laisse-moi Navet Pourri va ! »

Je prends donc une mine vexé d'enfant boudeur, ma sœur éclate de rire, suivi du mien. Et nous nous remettons à bosser après un léger rappel à l'ordre d'un des Dirigeants qui nous surveille, eux au moins ils ne se fatiguent pas ! Une petite heure plus tard et un milliard de litres de sueur plus tard, c'est enfin la fin des travaux, je suis exténué et j'irais bien me balader un peu pour me reposer. Je demande donc à ma sœur si elle veut bien m'emmener et la réponse est toujours la même :

« Tu veux qu'on s'éloigne du groupe ? On va se faire chopper et on va être exclu des travaux, comment tu veux manger et vivre après ça ? Je ne souhaite pas devenir une Solitaire je te préviens, toi vas-y si tu veux mais ce sera sans moi ! »

Je ne connais pas bien la Zone, je ne m'aventure jamais loin et surtout je ne m'éloigne jamais du groupe lors du retour pour rentrer à Hominis, mais cette fois-ci j'ai vraiment envie et le fait de faire une entorse au règlement me donne des frissons partout dans le corps c'est tellement drôle ! C'est donc tout excité que je me cache dans un buisson touffu, rampe vers un autre et une fois hors de vue, détale comme un lapin dans une direction que seul le Seigneur tout puissant peut savoir. En vrai, je ne sais absolument pas où je vais, ni dans quel direction. La Zone est grande mais elle forme un cercle parfait, je retrouverais bien le chemin.

Je marche depuis un temps indéfini pour moi, il fait une chaleur toride et j'ai mal aux muscles, peut-être, ce n'était peut-être pas une très bonne idée de s'aventurer hors du groupe. Si j'étais moins bête je serais retournée à la maison, j'aurais prit une bonne grosse douche d'eau glacée et me serais fourré dans les bonnes couvertures chaudes de mon lit douillet (ou presque) pour dormir d'un sommeil paisible et sans rêve. Mais non, je suis le dernier des derniers des crétins finis et je me suis aventuré dans ce satané désert ! Attends….non...merde ! Le désert des coyotes ! Finalement je ne mourrais pas de chaud mais bouffé tout rond par des coyotes mutants. Existe t-il une mort pire que celle-ci ? Je ne crois pas… Heureusement j'ai une bouteille d'eau avec moi, si je ne croise pas les coyotes je peux peut-être survivre un peu plus longtemps ?

Je ne me fais pas non plus de faux espoir, je continu donc à marcher, les jambes lourdes et le regard perdu dans le lointain. Quand un mouvement m'attire, ce tien à une dizaine de mètres de moi, une jeune petite fille, un lapin en peluche dans les bras et une balle roulant non loin de là, la petite semblait perdue, je l'observa d'abord plutôt intrigué par cette étrange personne, mais comment avait-elle atterrie dans le désert ? Ce n'est pas un lieu très courant pour les petites filles comme elle et surtout pas très recommandé à cause des coyotes qui rôdaient sûrement aux alentours.

La jeune fille demanda de l'eau.

« Tu...tu veux de l'eau ? J'en ai si tu veux mais avant...que fais-tu ici ? »

Je m'approcha lentement d'elle, une main tendue vers l'avant, comme si je m'approchais d'un animal apeuré, rien que pour lui montrer que je n'étais pas dangereux malgré ma grande taille. La petite ressemblait à une petite poupée avec son apparat, ses grands yeux et son petit nœud dans les cheveux, elle était toute jeune ce qui m'intrigua davantage, c'était vraiment étrange de voir une si petite créature dans un monde aussi dangereux, vaste et désert. Bizarre bizarre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

De l'eau, toujours de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Zone ▬  :: Les alentours :: Le désert des coyotes-